Le nom


Le nom commun et le nom propre
Le nom propre désigne une personne (Alfred), une ville (Diekirch), une rivière (la Moselle), un pays (la Chine), les habitants d’un pays (les Chinois). Il commence toujours par une majuscule.
Le nom commun désigne tout ce qui n’est pas unique: le garçon, le village, le fleuve, la région, l’eau... Il s’écrit sans majuscule.

Le nombre des noms
Les noms peuvent être au singulier ou au pluriel.
La plupart du temps, la marque du pluriel est un s: les enfants, les maisons...
Mais parfois, c’est un x: les veaux, les cailloux...
Certains pluriels ne ressemblent pas au singulier: les yeux.
Pour plus de détails, voir la règle sur le pluriel des noms.

Le genre des noms
Les noms peuvent être au féminin ou au masculin. Le bateau (masculin singulier), les chevaux (masculin pluriel), la chaise (féminin singulier), les feuilles (féminin pluriel).
Certains noms peuvent se mettre au féminin: un ami - une amie, un époux - une épouse, un lion - une lionne.

Voici des exemples de mots fréquents.

PRINCIPE EXEMPLES EXCEPTIONS
ami / amie
..... / .....e
nom / nom + e
ami(e), artisan(e)
avocat(e), candidat(e)
cousin(e), Français(e)
idiot(e), René(e), sultan(e)
etc.
cadet - cadette
chat - chatte
sot - sotte
Jean - Jeanne
paysan- paysanne
élève / élève
..... / ..... ø
nom masc. = nom fém.
artiste, aveugle
Belge, Claude
secrétaire
etc.

CAS PARTICULIERS

maître / maîtresse
-e / -esse
âne
comte
hôte
prince
Suisse
tigre
traître
etc.
ânesse
comtesse
hôtesse
princesse
Suissesse
tigresse
traîtresse
 
dernier / dernière
 -(i)er / -(i)ère
berger
boucher
boulanger
fermier
épicier
infirmier
laitier
poissonnier
premier
prisonnier
sorcier
etc.
bergère
bouchère
boulangère
fermière
épicière
infirmière
laitière
poissonnière
première
prisonnière
sorcière
 
baron / baronne
-on / -onne

 

Breton
espion
lion
patron
Bretonne
espionne
lionne
patronne
Lapon - Lapon(n)e
compagnon - compagne
chien / chienne

-en / -enne

Adrien
Alsacien
doyen
gardien
lycéen
musicien
le mien
Adrienne
Alsacienne
doyenne
gardienne
lycéenne
musicienne
la mienne
 
le beau / la belle
-eau / -elle
chameau
jumeau
nouveau
chamelle
jumelle
nouvelle
 
menteur / menteuse
-(t)eur / -(t)euse
chanteur
charmeur
danseur
flatteur
joueur
porteur
vendeur
voleur
chanteuse
charmeuse
danseuse
flatteuse
joueuse
porteuse
vendeuse
voleuse
(mais aussi:
cantatrice)
agriculteur / agricultrice
-teur / -trice
apiculteur
bienfaiteur
chanteur
débiteur
directeur
instituteur
lecteur
moniteur
spectateur
traducteur
viticulteur
acteur
apicultrice
bienfaitrice
cantatrice
débitrice
directrice
institutrice
lectrice
monitrice
spectatrice
traductrice
viticultrice
actrice
ambassadeur / ambassadrice
époux / épouse
-x / -se
curieux
jaloux
peureux
religieux
curieuse
jalouse
peureuse
religieuse
 
veuf / veuve
-f / -ve
captif
juif
naïf
sportif
veuf
captive
juive
naïve
sportive
veuve
loup - louve
Turc / Turque
-c / -que
Franc
Frédéric
Franque
Frédérique
Grec / Grecque
Noms qui ont un féminin irrégulier
Masculin
le copain
le dieu
le docteur
le duc
l'empereur
le favori
le héros
le roi
le serviteur
le speaker
le tsar
le vengeur
Féminin
la copine
la déesse
la doctoresse
la duchesse
l'impératrice
la favorite
l'héroïne
la reine
la servante
la speakerine
la tsarine
la vengeresse
 

Noms de personnes

Masculin
l'arrière-grand-père
l'arrière-petit-fils
le beau-fils ou le gendre
le fils
le garçon
le frère
le grand-père
le mari
Monsieur
Messieurs
le neveu
l'oncle
papa
le parrain
le père
le petit-fils
Féminin
l'arrière-grand-mère
l'arrière-petite-fille
la belle-fille ou la bru
la fille
la fille
la soeur
la grand-mère
la femme
Madame, Mademoiselle
Mesdames, Mesdemoiselles
la nièce
la tante
maman
la marraine
la mère
la petite-fille
 
Noms d'animaux
Masculin
le bélier
le bouc
le canard
le cerf
le chevreuil
le coq
le dindon
Féminin
la brebis
la chèvre
la cane
la biche
la chevrette
la poule
la dinde
Masculin
l'étalon
le lièvre
le poulain
le sanglier
le taureau
le verrat (porc, cochon)
Féminin
la jument
la hase
la pouliche
la laie
la vache
la truie
La féminisation des noms de métiers se fait plus ou moins facilement selon les règles de la formation du féminin.
  • Pour les noms se terminant par -e, le passage au féminin se traduit uniquement par le changement de déterminant (article…). un peintre - une peintre un arbitre - une arbitre
  • La féminisation se fait également naturellement pour la plupart des noms se terminant par une voyelle (autre que e) ou par une consonne (excepté pour les formes se terminant par -eur). Les noms féminins sont alors obtenus selon les principes de la formation des noms féminins. un magistrat - une magistrate un écrivain - une écrivaine
Force est de constater un écart entre les formes préconisées et l'usage courant. Si des termes tels que magistrate ou écrivaine se répandent peu à peu dans l'usage, d'autres termes tels que assureuse, pompière… ont plus de mal à s'imposer. Certains noms se prêtent mal à la féminisation : certains noms en -eur, ainsi que médecin, chef, etc. Bien que la forme soit, l'usage hésite à employer la forme féminine préconisée et préfère dans ce cas marquer le féminin uniquement par le déterminant féminin. une chef – une médecin – une professeur

source: grammaire.reverso.net

La formation du féminin des noms de métiers, titres, grades et fonctions se fait de la façon suivante :  

1er cas - Le nom masculin se termine par une voyelle

1) Le nom masculin se termine par –e, –a, -o et -u
Le féminin est identique à la forme masculine (= formes épicènes).
Ex. une accordéoniste, une soprano, une boutefeu, une
tuba
Remarque : poétesse, prophétesse, hôtesse, mairesse, maitresse. Ces emplois consacrés par l’usage sont toujours admis à côté des formes épicènes : une maire ou mairesse, une maitre ou maitresse (d’hôtel, de conférences), une poète ou poétesse.

2) Le nom masculin se termine par –é et -i
Le féminin est formé par l’ajout d’un -e en fin de mot
.
Ex. une attachée, une chargée (d’études, de mission), une apprentie

2e cas - Le nom masculin se termine par une consonne

1) Cas général
Le féminin se construit normalement par l’ajout d’un -e en fin de mot.
Ex. une artisane, une commise, une lieutenante, une magistrate
Avec les éventuelles modifications orthographiques liées à la formation habituelle du féminin :
- Le doublement de la dernière consonne (une contractuelle, une chirurgienne, une doyenne, une mécanicienne, une maçonne)
- La modification de la dernière consonne (une créative, une syndique)
- L’ajout d’un accent grave sur la dernière voyelle (une conseillère, une huissière, une officière, une ouvrière, une préfète)
Remarque : L’adjonction du -e est facultative pour une junior(e), une major(e), une sénior(e), une camelot(e), une matelot(e)
.

2) Le nom masculin se termine par -eur
Cas 1 – Le nom est dérivé d’un verbe (démarcher/démarcheur) ou d’un nom (avion/avionneur)
Le féminin se termine par -euse

Ex.
une carreleuse, une chercheuse, une contrôleuse, une avionneuse, une camionneuse, une pisteuse, une basketteuse, une footballeuse
Remarque : les formes anciennes en -esse de défendeur, demandeur et vendeur : défenderesse, demanderesse, venderesse, sont conservées dans la langue juridique.
Cas 2 – Le nom masculin n'est pas en rapport direct avec un verbe ou avec un nom
Le féminin est identique à la forme masculine

Ex. une ingénieur, une procureur, une professeur
Remarque : au Québec et en Suisse, on rajoute un -e final (une assesseure, une censeure, une commandeure, une entrepreneure, une gouverneure, une ingénieure, une professeure, une proviseure).

Exceptions : une ambassadrice, une prieure, une supérieure
.

3) Le nom masculin se termine par -teur
Cas 1 – Le nom répond à au moins un de ces trois critères :
- il ne dérive pas d’un verbe (agriculteur, aviateur, instituteur, recteur)
- il dérive d’un verbe ne comportant pas de -t dans sa terminaison (calculer/calculateur, conduire/ conducteur, former/formateur)
- sa famille des dérivés comprend un autre nom en -tion, -ture, -taire ou –torat (éditeur/édition, lecteur/lecture, tuteur/tutorat)
Le féminin se termine par –trice
Ex. une administratrice, une aviatrice, une directrice, une tutrice, une
rédactrice, une rectrice, reporter(eur)/reportrice, supporter(eur)/supportrice

Cas 2 – Dans tous les autres cas (si le nom dérive d’un verbe comportant un -t- dans sa terminaison (acheter/acheteur) ou sa famille des dérivés comprend un autre nom en -tion, -ture, -taire ou –torat)
Le féminin se termine par -teuse
Ex. une acheteuse, une rapporteuse, une toiletteuse
.
Exceptions :
- pour auteur et pasteur, on a le choix d’ajouter ou non un -e en fin de mot : une auteur(e), une pasteur(e)
- pour docteur, on a le choix entre une doctoresse et une docteur(e)
- pour sculpteur on a le choix entre une sculptrice et une sculpteur(e)
.

3e cas - Les noms d’origine étrangère

La forme féminine est identique au masculin.
Ex. une clown, une gourou, une imprésario, une jockey, une judoka

Exceptions : une pizzaïola, une torera
.

4e cas - Les abréviations et sigles

Les formes abrégées et les sigles sont épicènes : une extra, une O.S., une P.D.G.

5e cas - Les noms de métier composés : accords au féminin

Les substantifs sont féminisés selon les règles énoncées ci-dessus, les adjectifs et les participes s’accordent au féminin
Ex. une ajusteuse-outilleuse, une chef adjointe, une contrôleuse-vérificatrice, une déléguée territoriale, une directrice financière

6e cas - Celui du bon sens...

Lorsque le nom désigne de manière explicite la personne de sexe masculin, il est remplacé par son équivalent féminin : un confrère/une
consoeur, un garçon (boucher, d’étage…)/une fille (bouchère, d’étage…),
un homme (d’entretien, -grenouille)/une femme (d’entretien, -grenouille…).
Sans oublier l’usage consacré : l’équivalent féminin de garçon de café est serveuse. De même pour les mots empruntés aux langues étrangères : l’équivalent féminin de barman est barmaid, celui de rugbyman est joueuse de rugby ou rugbywoman, celui de steward est hôtesse
.

Enfin, au-delà de ces règles grammaticales à respecter en vertu de l'égalité des sexes, certains noms ne se féminisent pas ou résistent à la féminisation : une écrivain, une chef, une conseil (juridique), une mannequin, une marin, une médecin, une clerc, une témoin.


source: www.orthozen.com